Le doux pardon du coeur

Avant, je demandais pardon et je m'excusais d'avoir blessé uniquement parce que je voyais le tord que j'avais causé.

Et très précisément, j'axais mon attention et ne me détachais pas du tord dont je me sentais responsable (au sens coupable).

Je me reprochais (consciemment ou pas) d'avoir d'une manière ou d'une autre, créé une situation, un conflit, un malaise, d'avoir fauté. 

Le pardon était à ce moment là une source de grande dualité en moi, car je ne me l'accordais pas. Soit, je l'exprimais à l'autre mais je me blâmais dans la foulée d'avoir mal agit ou mal réagit. Soit, je n'accordais pas mon pardon sous prétexte que je n'étais pas "fautive" (en mode rebelle et victime : "personne me comprend, ils sont tous bêtes et méchants !").

Ce que j'ai compris du Pardon, est qu'il faille se pardonner à Soi-même de ne pas avoir été "à la hauteur", de ne pas avoir fait preuve de discernement, de ne pas avoir avoir été emplie de sagesse à l'instant-T, ne pas avoir su mettre un terme à une situation plus tôt, ne pas avoir été vigilante etc...

A présent, je demande véritablement pardon à l'autre à l'instant où je suis en mesure de me pardonner moi-même. Parce que maintenant, je suis capable d'être bienveillante avant tout envers moi-même, je peux regarder mes propres blessures, je peux comprendre le pourquoi j'ai agit ou réagit de la sorte, je peux à peu près faire face à mes blessures et à peu près à ne plus me mentir ou me cacher derrière mes "travers". C'est un état d'être qui s'enclenche de plus en plus vite en moi mais qui n'est pas encore permanent --> trop lol ! Je rêve de cette Stef absolument sage en tout et pour tout :D

Je comprends que la muraille qui entoure mon coeur, et qui veut me protéger de toute situation vexante voire bouleversante, n'est qu'un prétexte à ne pas me dévoiler à moi-même : de comment je pense, de comment je fais, de comment je dis, de comment je réagis --> qui a une conséquence de cause à effet inéluctable dans ce que je vis et fais vivre à l'autre. 

 

1066

Je ne suis pas parfaite et personne ne l'est. Et en cela, tout est parfait ! ;-)

Puisque par le biais de l'extérieur (les personnes, les situations), que nous créons (consciemment ou pas), nous avons l'opportunité de nous regarder à l'intérieur, de prendre conscience et d'évoluer.

Le pardon est un véritable enseignement du regard que nous portons sur nous-même.

Le pardon nous enseigne l'humilité. Et l'humilité, c'est reconnaitre, c'est admettre, c'est accepter que nous nous sommes trompés (et encore ! L'erreur n'étant jamais une erreur puique tout est apprentissage). Je dirai plutôt de prendre conscience que nous nous y sommes mal pris.

Le pardon nous enseigne le pourquoi et le comment nous agissons et en quoi nous sommes responsable (pas coupable) de l'inconfort que nous vivons. 

La "quête" du pardon nous rend plus conscient de nous-même (de nos actes, de nos paroles, de nos pensées).

C'est quand même vachement merveilleux ! 

Pardonner à l'autre et/ou demander pardon à l'autre, c'est surtout réaliser le pardon de qui nous sommes dans notre réalité humaine et de s'alléger à notre propre égard.

Le pardon, c'est se défaire de ses propres chaines.

Sans les autres, sans les réactions des autres, on ne peut pas faire un point en nous-même (pour celui qui veut bien faire ce point et sans chercher à se flageller pour autant car il n'est pas question de ça). 

L'effet miroir intervient notamment en ce sens : dans les réactions de l'autre ou dans la situation inconfortable qu'on traverse, est soulevé mine de rien quelque chose que nous avons à régler avec nous-même. Et c'est là que ça devient très intéressant ! ;-) On est invité à s'observer (non pas à se critiquer) pour apaiser et libérer le "bouton sensible" qui fait encore mal en nous.

La sagesse a lieu en ces moments précis, quand on est en mesure de se pardonner soi-même et d'exprimer à l'autre tout ce pardon et cet amour véritable.

Il ne s'agit pas de pardonner faussement pour se donner bonne conscience ou calmer l'autre (on croit qu'on sera en paix mais on se met le doigt dans l'oeil !). 

Le pardon touche une dimension de Paix avec Soi ! 

Dire pardon ne signifie pas qu'on donne raison à l'autre et tord à soi-même.

Dire pardon ne revient pas à se positionner en tant que "mal-faiteur" - celui qui a mal fait.

Parce que tout ça... c'est un manque de respect et d'écoute envers soi-même.

Il n'y a personne qui soit moins ou plus responsable que l'autre dans le "mal" qu'on se procure les uns et les autres (parce que ça.... c'est de l'égo).

 

Le Pardon est une compréhension personnelle de Soi. 

Le Pardon est un Don de Soi pour Soi.

En vrai, le Pardon.... c'est le plus grand bien qu'on puisse se faire à Soi-m'aime, c'est la plus grande preuve d'amour qui soit.

 

0750

Je remercie cette belle journée de m'avoir permise d'intégrer ce sens du mot Pardon.

Notre quotidien, les êtres qui partagent nos vie (de près ou de loin), que cela soit des humains ou des animaux, sont des éternels enseignants de qui nous sommes, aussi bien sur nos dimensions subtiles que dans notre humanité. 

Stéphanie qui aspire à vivre en Paix à chaque instant et qui vous souhaite tout le bonheur du monde <3

Le 28/06/2017

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 19/08/2017